Leclercq-K. (Jacques) - Feu préfectoral Leclercq-K. (Jacques) - Feu préfectoral Leclercq-K. (Jacques) - Feu préfectoral

Leclercq-K. (Jacques) - Feu préfectoral

€240,00

Leclercq-K. (Jacques)

Feu préfectoral

2013

Eau-forte sur papier vélin

Le sujet : 19,5 x 14,5 cm

La feuille : 49,5 x 32 cm

Tirage à 10 épreuves d’artiste

Justifié, titré et signé (n° E.A. 3/10)

 

Prefectural Fire

2013

Etching on vélin paper

Plate : 7.7 x 5.7 in

Sheet : 19.5 x 12.6 in

Edition of 10 artist’s proofs

Numbered, titled and signed (n° E.A. 3/10)

 

L’histoire de l’art ne cesse de hanter les paysages mentaux de Jacques Leclercq-K. Bien que les techniques diffèrent, les tourbillons incendiaires de Feu préfectoral évoquent en effet certaines gravures sur bois réalisées par Félix Vallotton en 1915-1916 pour son album C’est la guerre et pour lesquelles il confesse une vive admiration.

 

Diplômé de l’École régionale des Beaux-Arts d’Amiens et de l’École nationale supérieure des Arts-Décoratifs – section Arts Graphiques –,  Jacques Leclercq-K.  se consacre depuis les années 1970 à une œuvre aux multiples expressions et construite autour d’un motif central : le paysage. Par le biais du land art, de la peinture, de la vidéo, du dessin et de l’estampe, il s’intéresse aux liens du paysage (qu’il soit imaginaire, urbain, marin, agraire ou encore archéologique) avec l’œuvre d’art et la figure de l’artiste. Ainsi, il se définit lui-même comme un artiste-cultivateur, pour qui le trait – sur la feuille de papier ou dans la plaque de cuivre – et le sillon ont la même puissance fertilisatrice.

 

Les gravures de Jacques Leclercq-K. sont tirées à très petit nombre.