Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache] Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache] Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache] Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache] Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache] Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache] Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache] Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache]

Cossé (Matthieu) - Sans titre [Vache]

Cossé (Matthieu)

Sans titre [Vache] (1er état)

2016

Eau-forte sur vélin d’Arches

Le sujet : 30,5 x 39,5 cm

La feuille : 39 x 47 cm

Tirage à tout petit nombre

Justifié (E.A.), signé et daté

 

Untitled [Cow] (1st state)

2016

Etching on Arches vélin paper

Plate : 12 x 15.5 in

Sheet : 15.4 x 18.5 in

Very small edition

Numbered (A.P.), signed and dated

 

Les grandes eaux-fortes de Matthieu Cossé mêlent cadavre exquis, dessin automatique et graffiti (au sens ancien du terme). Les motifs s’entrechoquent, issus du répertoire de l’histoire de l’art, de l’imagination de l’artiste ou du réel. Ces gravures synthétisent ainsi différentes approches, entre assimilation des influences, dessin d’humeur, dessin d’observation et travaux décoratifs, sur fond de reprises et de métamorphoses.

 

Jouer avec le réel et ses représentations, le délimiter, l’épuiser, le réinventer, voilà quelques-unes des voies empruntées par Matthieu Cossé. Depuis sa sortie de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts en 2008, il se consacre entièrement ou presque aux arts graphiques : gouache, encre de Chine, aquarelle, feutre ou eau-forte sont mis au service d’un même appétit pour la figuration.

Les œuvres de Matthieu Cossé produisent ainsi un monde hypertrophié, pétri d’une histoire visuelle où se côtoient la mythologie grecque, la grande peinture, la Neue Sachlichkeit, le dessin de presse, David Hockney ou les toiles figuratives de Philip Guston. En réalité, de cette épaisseur du regard naissent un désordre, une révolte, une lutte, à rebours de l’époque : « La liberté, c’est de n’arriver jamais à l’heure » (Alfred Jarry dixit).